Le saviez-vous ? Bastien Tronchon est le premier coureur du CCF à décrocher la victoire sur l’épreuve italienne Torino – Biella

Après plusieurs podium et top 10 décrochés par ses aînés, Bastien remporte la 80ème édition du Torino – Biella. Il est seulement le deuxième français à inscrire son nom à la première place du palmarès de cette course.

Crédit : Sofy_edit.photograph

Notre centre de formation attache beaucoup d’importance à se déplacer chez notre voisin italien, car les épreuves y sont très différentes de celles que nous avons en France.

Il faut remonter en 2010 pour voir un coureur du CCF accrocher le podium. C’est lors de sa première année au sein de notre effectif qu’Axel Domont s’illustre en décrochant la troisième place. Ensuite, d’autres coureurs ont suivi l’exemple d’Axel :

2️⃣0️⃣1️⃣7️⃣ :
Aurélien Paret-Peintre 🥉

2️⃣0️⃣1️⃣9️⃣ :
Jérémy Montauban 🥉

2️⃣0️⃣2️⃣0️⃣ :
Antoine Raugel 4ème
Simon Verger 8ème
Anthony Jullien 10ème

Crédit : Ugliefbu photo

En 2022… c’est enfin la consécration pour le CCF. Bastien Tronchon remporte la course après un très bon travail de l’équipe au fil des kilomètres. C’est même la première chose que Bastien met en avant après sa victoire : « c’était une super course d’équipe ! On avait un plan très bien établi qui s’est déroulé à merveille. On s’est bien réparti les rôles sur la partie plate. Après il y avait 3 cols qui ont été en grande partie gérés par Joris Chaussinand et Valentin Retailleau. Au sommet du 3ème col, Valentin attaque et on a fait la descente pour se retrouver avec un groupe de 7 coureurs en bas. Sur le circuit final j’ai l’effort dans la bosse en mont pavés. J’étais vraiment super bien dans cette bosse, le final me plaisait vraiment bien. Au premier tour j’ai accéléré, je me suis retrouvé tout seul devant et j’ai été rejoint par 2 autres mecs qui m’ont beaucoup attaqué sur le reste du circuit. Donc à 15 km de l’arrivée, sur le mont pavé, j’ai de nouveau accéléré pour sortir au final tout seul et finir la course tout seul ». Si un mot pouvait résumer les 20 derniers kilomètres, pour Bastien ce serait « fou » (on est bien d’accord avec lui).

Sur le papier, c’était sûr, cette course lui correspondait. Pardonnez-nous la comparaison mais le final nous fait directement penser à celui du Grand Prix de la ville de Fougères où là aussi, Bastien c’était imposé au terme d’une course totalement folle ! Pour Bastien, « le final ressemblait un petit peu à celui de Fougères. Là, la différence est qu’il y avait une montée avec des gros pavés donc c’était vraiment le moment difficile du circuit. On n’avait pas beaucoup de temps de récupération car juste après, il y avait une descente, puis une montée super raide. Donc je pense que le circuit était plus dur qu’à Fougères ». Un circuit plus dur, mais qui ne lui a pas empêché de se montrer. En effet, « plus la course est dure, plus ça m’arrange. Le circuit final était taillé pour moi ».

Revivez la course en vidéo 👇

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.