Chronique des gens heureux

Ne dit-on pas qu’un sourire vaut mille mots ? Mais qu’en est-il de ces 6 sourires ?
Un sport ingrat vous dites ? Peut-être, mais aujourd’hui l’exigence de ce sport aura réussi à faire monter en effervescence une partie de la sphère proche de Chambéry Cyclisme Formation.
N’y a-t-il pas là une symbolique, l’année des 20 ans du centre pour que ces gars-là lèvent au plus haut les bras ?

Grand-Prix de la ville de Fougères

17 points de retard au départ, 8 d’avance à l’arrivée, suffisamment pour les voir se faire couronner.
Regardez les biens ces gars-là, une forme d’insouciance qui éblouit au grand jour et qui ne nous a pas tant surpris dans la côte de la Pinterie. Les jambes ont fumé et les pavés ont tremblé dans la dernière montée.
Le speaker annonce Bastien premier sur la ligne d’arrivée. À peine le temps de réaliser que le voilà nommé prince de Bretagne après avoir convaincu à l’unanimité les bords de route bondés de tous ces passionnés. Habituellement généreux dans l’effort, il l’aura été tout autant, mais cette fois-ci ça aura finit par payer.
Je peux vous le dire, à l’arrivée le volcan Tronchon est rentré en éruption et ce fut une belle séquence émotion. Tout se précipite, les copains arrivent, auteurs eux aussi d’une course remarquable dans cette quête inexorable de points.
Explosion de joie à l’arrivée entre ces guerriers marqués, des larmes de joie se déversent sur les pavés de Fougères, un grand moment, comme on aimerait en vivre plus souvent.
Un public conquit, un staff ravit et des coureurs accomplis le tour formant une belle alchimie.
Des regards, des sourires, un trophée, des casquettes vissées. Moi je vous le dis, ces gars ne sont pas prêts d’en rester là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *