Le saviez-vous ? Plusieurs de nos coureurs ont effectué un autre sport à haut niveau avant le vélo.

Course à pied, natation, ski alpin, ski de fond, football, gymnastique… nos coureurs se sont essayés (avec réussite) à plusieurs sports avant le vélo. Des expériences qui leurs sont utiles dans le cyclisme aujourd’hui.

Sportif un jour, sportif toujours. Si ils performent aujourd’hui sur un vélo, nos coureurs ont testé leur limite sur d’autres sports avant d’appuyer sur les pédales. Yugi nage depuis qu’il a 1 an. “La natation m’a aidé à améliorer ma capacité cardio-respiratoire. J’ai participé à plusieurs tournois et j’y ai même remporté des trophées” (voir photo ci-dessus). Notre coureur japonais ne s’est pas arrêté là. “J’avais également l’habitude de faire de l’athlétisme, du basketball et du karaté”.

Même scénario du côté de notre chambérien Bastien Tronchon. “J’ai commencé par la gymnastique quand j’étais petit. Je suis monté plusieurs fois sur les podiums au niveau régional. Puis j’ai chaussé les baskets au club de GO FOR IT RUNNING.” Un passage plutôt réussi pour lui. “J’ai terminé 6 fois champion académique, 6 fois champion départemental et 1 fois champion régional de cross.” Si Bastien a voulu se consacré uniquement au vélo quelques années plus tard, il garde un bon souvenir de cette discipline et de ce qu’elle a pu lui apporter. “La course à pied m’a permis de changer un peu du vélo l’hiver et voir autre chose. En plus je gardais cet esprit de compétition en parallèle du cyclo-cross. Je trouve que ça mettais bien la caisse même si l’effort est bien différent. C’était super difficile mais je m’y amusais bien.”

Les podiums, Peter les connait également. Notre coureur américain a terminé 5 fois Junior “All-American” (top 10 aux championnats des USA, N.D.L.R.). Sélectionné à plusieurs reprise en équipe nationale, il a notamment remporté (photo de droite) le 10km des Championnats du ski de Minnesota en 2019. “Ma carrière en ski de fond était vraiment complémentaire à ma carrière sur le vélo quand j’étais en junior. Cela m’a permis de mettre à contribution d’autres muscles que ceux utilisés sur le vélo et surtout continuer un très bon entraînement au niveau aérobie.” Arrivé chez les Espoirs, Peter a du faire un choix. “Il m’était devenu impossible de maintenir un niveau élevé en vélo sans s’entraîner l’hiver. Je skie encore occasionnellement mais l’attention est mise à 100% sur le vélo.” 

Loris a commencé par le football, à l’âge de 5 ans. “J’ai joué au FC Gavot pendant 10 ans. On était en excellence (troisième division, N.D.L.R.) la dernière année.” En parallèle, le haut-savoyard s’est essayé au ski alpin qu’il a pratiqué dès l’âge de 7 ans. “Je ski depuis tout petit et j’ai effectué 9 saisons en club. Avant d’arrêter, j’ai validé un diplôme de moniteur (le test technique).” À l’image de ses coéquipiers, Loris est conscient que ces expériences n’ont pas été inutiles pour la pratique du cyclisme aujourd’hui. “Je pense en premier à l’esprit d’équipe que m’a apporté le football, le fait d’être avec d’autres personnes, la cohésion, etc… ça m’a permis de facilement m’intégrer dans le vélo avec les autres. Ensuite, savoir gérer le stress, être concentré, surtout en ski ou c’est très court donc stressant et où il faut vraiment être dans sa bulle. Je retrouve les mêmes sensations qu’avant un chrono je trouve.” Comme Peter, Loris a du arrêter le ski pour se consacrer à 100% au vélo. Pour lui, le cyclisme est “un sport vraiment à part”. Il nous explique : “C’est bien plus éprouvant, entre la rigueur, le temps que ça prend, la difficulté de l’effort, l’hygiène de vie, le froid, la pluie, la chaleur, les chutes et tout ce qui va avec… ce n’est vraiment pas pareil.” Il termine en rigolant : “Quand c’est la galère sur le vélo ça m’arrive de me dire “mais qu’est ce tu fais là, le foot c’était bien aussi”” (rire).

Thomas a joué au football à haut niveau.

On termine avec Thomas. Comme Loris, il a débuté le football très jeune. Il a joué à Annecy-le-Vieux jusqu’à ses 15 ans avant de rejoindre le FC Annecy. “Quand c’est devenu plus sérieux et que je cherchais à jouer au plus haut niveau, j’ai changé de club pour jouer en U15 Élite (plus haut niveau français, N.D.L.R.) et en U17 National (plus haut niveau français, N.D.L.R.). Malheureusement, je me suis blessé au genou en 2016. J’ai donc arrêté et commencé le vélo. Comme Loris, Thomas estime que le foot lui a apporté “l’esprit d’équipe” mais également “l’esprit de compétition”.

Cyclistes de haut niveau mais pas seulement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *