Le saviez-vous ? Plusieurs anciens de CCF ont été le témoin de mariage d’un autre coureur passé par le centre.

De simples coéquipiers sur le vélo à… témoins de mariage. L’histoire parait improbable et pourtant, Guillaume Bonnafond, Romain Vanderbiest, Tigran Korkotyan, Emmanuel Barth, Clément Chevrier, Jules Pijourlet, Axel Domont, Paul Moucheraud, Julien Bérard ou encore Yoann Barbas ont tous un point en commun : ils ont été le témoin du mariage d’un de leurs anciens coéquipiers, ou/et inversement. L’histoire est belle et ce n’est pas eux qui diront le contraire.

Photo de groupe prise lors du mariage d’Axel Domont. Crédit : Mathilde L’Azou

Depuis 20 ans, pratiquement la totalité du groupe habite chaque année au même endroit et partage repas, entrainements, activités extra-sportives et parfois études, en plus de porter le même maillot. Ces nombreuses heures passées ensemble rassemblent et tissent des liens. Des liens forts qui perdurent dans le temps, au delà du monde du vélo. Leur histoire commune a commencé à Chambéry Cyclisme Formation mais pour beaucoup, elle continue avec passion. Si certains ont gardé contact de loin, d’autres sont devenus des amis au point de partager un des plus beaux jours de leur vie.

Romain Vanderbiest et Guillaume Bonnafond ont couru pour CCF en 2007. Quelques années plus tard, Guillaume demandait Romain en témoin de mariage “lors d’une sortie VTT dans le Col de la Chambotte” (voir photo ci-dessous). C’est une belle histoire non ? Et pourtant, elle ne s’arrête pas là. La femme de Guillaume est la marraine du fils de Romain, Romain a travaillé dans le magasin de Guillaume, et on peut même ajouter qu’ils ont organisé ensemble un cyclo-cross à Aix-les-Bains.

Ces deux là se connaissent depuis leurs années Cadets et l’année et demi de colocation aux appartements à Chambéry aura révélé une amitié “presque fraternelle” au dire de Guillaume. “Nous avons toujours été copains malgré l’adversité durant nos jeunes années cyclistes. Nous sommes complémentaires. Je suis un peu plus impulsif et lui plus calme” ajoute Romain. Pour eux, l’unité de lieu est “un gros point fort” du centre. Comme le dit Romain, “le vélo est le seul sport qui se court en équipe avec des mecs qui viennent de partout.” Il continue : “Je trouve ça presque normal d’habiter ensemble vis-à-vis des partenaires. Ça fait une densité de coureurs au même endroit. Et puis on se connait mieux et grâce aux entrainements collectifs, le niveau est tiré vers le haut.” Toutefois, il faut l’accepter et si eux ont apprécié ce format, “ça peut être à double tranchant si on est un loup solitaire ou trop attaché au domicile familiale”.

Pour Emmanuel Barth et Tigran Korkotyan, l’histoire est la même. Enfin, à quelques détails près. Sous le même maillot en 2004 et 2005, ils ont été mutuellement témoins de mariage l’un de l’autre quelques années plus tard. Si ces moments de partage sont à mettre en avant, Emmanuel a voulu nous raconter autre chose de plus attrayant encore. “Je suis le parrain de sa fille. Elle a été baptisé en Arménie (Tigran est arménien, NDLR) et pour pouvoir être son parrain je devais moi-même avoir été baptisé en Arménie. J’ai donc été baptisé le même jour avec comme parrain… Tigran”. Toujours en contact très régulier aujourd’hui, Tigran et Emmanuel se sont rencontrés à CCF et auront donc pleinement profité de cette “cohésion” que le centre a voulu créer avec son même fonctionnement en place depuis 2001. Emmanuel est catégorique : “C’est totalement un point fort du centre. C’est le système que devrait adopter toutes les équipes, amateurs et professionnelles. Ça tire vers le haut, c’est plus interessant pour le staff sportif, le domaine technique, ça permet de contrôler d’avantage, mettre des choses en place pour favoriser la récupération, etc…”.

Avec Axel Domont c’est encore différent. Il n’a pas pris un, mais deux anciens coureurs du centre comme témoin de son mariage. Clément Chevrier d’un côté, Jules Pijourlet de l’autre. “J’ai fait 3 ans de colocation avec Jules, et Clément était dans l’appartement juste à côté. Forcément ça tisse des liens qui sont très forts. En plus d’être coéquipiers, (entre 2010 et 2012, NDLR) on est colocataires puis on devient rapidement amis.” Axel pense également que l’unité de lieu était un point positif. “Pour moi c’était une évidence, un bon moyen de trouver une vie de pré-adulte, avoir de l’autonomie, se motiver, se rassurer, sortir du contexte cycliste, débrancher du vélo en dehors des courses et des entrainements.” À l’image de Guillaume et Romain, il ajoute que ce système peut “ne pas convenir à certains”.

À l’inverse, Axel a été le témoin de Yoann Barbas, également présent dans la promotion 2010 et 2011. À cette liste nous pouvons également ajouté Paul Moucheraud et Julien Bérard. Deux ans sous le même maillot en 2006 et 2007 et Paul sera le témoin de Julien quelques années plus tard.

Depuis 20 ans, environ 150 coureurs ont porté les couleurs de CCF. Sur le vélo ou à côté, certains ont de belles histoires à raconter et ce n’est pas près de s’arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *